Rallye de Monte-Carlo de 1973

Rédaction : Albert Lallement  

En route vers la gloire

Le triplé historique des Berlinettes au 42e Rallye de Monte-Carlo est la première étape d’une saison exceptionnelle qui se conclura par un titre de Champion du Monde.

Le Rallye de Monte-Carlo 1973 est remporté par Jean-Claude Andruet et sa navigatrice «Biche» qui devient ainsi la première femme à gagner une épreuve du Championnat du Monde des Rallyes. Après avoir perdu la tête du classement provisoire à cause d’une crevaison dans le Col du Turini, Andruet réalise un véritable exploit dans la dernière spéciale du Col de la Madone. À l’arrivée, sa coéquipière dira qu’elle n’aurait jamais imaginé que l’on puisse rouler aussi vite !

Au terme d’une course pleine de rebondissements, Jean‑Claude Andruet et sa navigatrice «Biche» remportent une victoire inoubliable au volant de leur Alpine A 110 1800. © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo © Renault D.R. / Archives et Collections

Souhaitant rendre les rallyes plus visibles auprès du grand public, la Commission Sportive Internationale décide pour la saison 1973 d’organiser un nouveau Championnat du Monde avec un classement réservé exclusivement aux constructeurs. Ce championnat ouvert aux voitures des Groupe 1 à 4 (les prototypes de Groupe 5 ne sont pas admis) comprend 13 manches très variées, la saison débutant comme à l’accoutumée par le Rallye de Monte-Carlo. Les 10 premiers classés de chaque épreuve marquent des points (20, 15, 12, 10, 8, 6, 4, 3, 2 et 1), mais seul le résultat de la meilleure voiture classée d’un constructeur est retenu. En fin de saison, les 9 meilleurs résultats sont pris en compte pour chaque marque. Comme à l’époque il n’y a aucune obligation de disputer l’intégralité du championnat, Alpine-Renault décide de ne participer qu’à 10 épreuves pour 1973 afin d’alléger le budget de son service course.

Jusqu’au bout, Anderson se battra pour la victoire avec Andruet lors des épreuves spéciales disputées sur des routes particulièrement enneigées.  © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo ©  Renault D.R. / Archives et Collections

Une sérieuse concurrence

Le Monte-Carlo de 1973 qui se déroule du 19 au 26 janvier constitue la toute première épreuve de l’histoire du Championnat du Mondes des Rallyes Marques (dénommé plus tard WRC). Au total, 279 voitures sont au départ, dont une majorité sont engagées par des pilotes amateurs. Parmi les constructeurs officiellement présents, on retrouve les principaux protagonistes des éditions précédentes. En Groupe 4 (Grand Tourisme Spéciales) : Alpine-Renault (Berlinette A 110 1800), Fiat (124 Rallye), Lancia (Fulvia 1600 HF) et Datsun (240 Z) et en Groupe 2 (Tourisme Spéciales) : Ford (Escort RS 1600), Renault (R12 Gordini) et Opel (Commodore GS/E). L’équipe d’usine Alpine-Renault aligne 5 voitures pour Jean-Luc Thérier et Marcel Callewaert (N° 4), Ove Andersson et Jean Todt (N° 15), Bernard Darniche et Alain Mahé (N° 1), Jean-Pierre Nicolas et Michel Vial (N° 21), Jean-Claude Andruet et «Biche» (N° 18). À côté de ces derniers figurent quelques pilotes «semi-officiels» tels que Jean-François Piot, et des «clients» comme Bob Neyret ou Bob Wollek. Au total, pas moins de 38 Berlinettes Alpine sont alignées au départ, dont 10 A 110 1800 et 12 seulement seront présentes à l’arrivée.

La Berlinette 1800 de Bob Wollek et Pierre Thimonier est l’Alpine privée la mieux classée, avec une 14e place au général.  © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo ©  Renault D.R. / Archives et Collections

Le parcours de concentration

En préliminaire du rallye proprement dit, les parcours de concentration d’effectuent au départ de neuf villes d’Europe du vendredi 19 au dimanche 21 janvier, au choix des concurrents : Almeria, Athènes, Francfort-Hanau, Glasgow, Monte-Carlo, Oslo, Reims, Rome et Varsovie. Les distances à parcourir varient entre 2 463 et 2 735 km selon la ville de départ et l’équipe d’usine Alpine a choisi de partir de Monaco (à 17 h 23). L’ensemble des parcours communs converge le dimanche matin à 7 h 30 au niveau de Digne pour une épreuve spéciale d’ouverture de 17 km en autour du Col de Corobin. Les départs sont donnés en fonction de l’ordre d’arrivée des itinéraires de concentration. Lorsque les Alpine s’élancent, les routes en épingles sont recouvertes de verglas, ce qui n’est plus le cas quand c’est au tour des Ford et des Lancia. Si bien qu’à l’issue de cette première partie du Rallye, l’Alpine d’Andruet - «Biche» ne figure qu’à la 6e place, à 33 secondes de la Lancia de Sandro Munari qui occupe la tête du classement provisoire. 

Le triplé historique d’Alpine au Rallye de Monte-Carlo représente une vitrine extraordinaire pour le réseau commercial de la Régie Renault. © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo ©  Renault D.R. / Archives et Collections

Un final à rebondissements

Après une journée et demi de repos, les concurrents s’affrontent dans le parcours commun, long de 1 653 km et comprenant 25 étapes, dont 8 spéciales sur 235 km. Si la Ford de Mikkola domine les deux premières spéciales, Andruet reprend l’avantage dans celle du Burzet où les conditions météo sont telles que 140 équipages sont éliminés. Le mercredi 24 au soir, les Alpine d’Andruet, Anderson et Nicolas occupent la tête du classement provisoire. Les trois Berlinettes se tiennent en 3 minutes et Alpine veut éviter une lutte fratricide. Malgré les appels à la prudence, Ove Anderson, le vainqueur de l’édition 1971 est bien décidé à renouveler son exploit. Tout va se jouer dans les épreuves complémentaires du 25 et 26 janvier, disputées sur 653 km en 11 étapes, dont 8 spéciales sur 153 km. En deux épreuves, Anderson a repris 15 secondes à Andruet, victime d’une crevaison dans le col du Turini. Ce dernier retombe à la 3e place et pense que la victoire lui échappe quand, coup de théâtre, Anderson sort de la route dans le col de la Couillole. Dans le dernier passage au Turini Andruet reprend 34 secondes à Anderson et la tête du classement. Lors de l’ultime spéciale au col de la Madone, Andruet parcourt les 18 km en 15 minutes 11 secondes, pulvérisant le record détenu par Nicolas en 1970 (16 min 3 s). Cet exploit lui permet de remporter le Rallye en 5 h 42 min et 04 s.

Pour aller plus loin...

Champion du Monde

Le tout premier Championnat du Monde des Rallyes, attribué uniquement aux constructeurs à partir de 1973, est remporté par Alpine-Renault au terme d'une saison restée légendaire pour son haut niveau de compétition. La Berlinette A 110 1800 d'usine va dominer outrageusement ses concurrentes en remportant six des treize manches du Championnat : Monte-Carlo (Jean-Claude Andruet), Portugal, Acropole et San Remo (Jean-Luc Thérier), Tour de Corse (Jean-Pierre Nicolas) et Maroc (Bernard Darniche). Ce dernier a également remporté le Rallye d'Autriche, mais il sera déclassé 2e après décision de la CSI. Au classement final, Alpine possède 147 points, devant Fiat (84 points) et Ford (76 points). Si le titre de Champion du Monde des pilotes de Rallyes ne sera attribué qu'à partir de 1977, Jean-Luc Thérier est bien le vainqueur officieux de 1973, tant son parcours est magistral cette année-là.

Dès le début de 1974, la Régie Renault met en avant l'extraordinaire succès d'Alpine en Championnat du Monde des Rallyes avec de pleines pages de publicité. © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo ©   Renault D.R. / Archives et Collections

"Biche"

Michèle Espinosi-Petit, qui est surnommée "Biche", fut pendant dix saisons la fidèle copilote de Jean-Claude Andruet. Ils constituèrent un équipage remarquable qui se hissa au plus haut niveau des rallyes internationaux. Cette navigatrice hors pair est née le 28 septembre 1948 à Crémieu dans l'Isère, non loin de Lyon, où son père est expert automobile. Sa première expérience de la course remonte au Rallye de Genève de 1966 où elle navigue avec Gérard Larrousse. Elle rencontre Andruet l'année suivante et devient sa navigatrice attitrée à partir de 1972. De 1973 à 2013, elle a disputé 23 épreuves du Championnat du Monde et en a remporté 2 : Monte-Carlo 1973 (Alpine) et Tour de Corse 1974 (Lancia Stratos HF) avec Andruet. Ensemble, ils ont précédemment été sacrés Champions de France en 1972. Elle a également remporté 6 rallyes en Championnat d'Europe et 8 en Championnat de France.

"Biche" et Jean-Claude Andruet savourent leur victoire au rallye de Monte-Carlo de 1973. © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo ©  Renault D.R. / Archives et Collections

L'équipe Alpine

Installé dans un hall de l'usine de Dieppe, le service compétition d'Alpine est placé sous la direction de Jacques Cheinisse, que les pilotes surnomment affectueusement "Papa". Juste avant le début du Championnat du Monde des Rallyes, Alpine est devenue officiellement Alpine-Renault après la prise de participation de la Régie. Autour de Jacques Cheinisse, on trouve une équipe remarquablement soudée, à commencer par la vingtaine de mécaniciens qui œuvrent sous la houlette de Gilbert Harivel, le chef d'atelier compétition, un "ancien" entré chez Alpine en 1957. La camaraderie règne également parmi l'équipe des pilotes d'usine, les fameux "Mousquetaires" Darniche, Nicolas, Andruet et Thérier. Ce dernier proposera d'ailleurs de répartir équitablement les primes d'arrivée après chaque course, quel que soit le résultat de chacun.

Le service compétition d'Alpine en 1973. On reconnaît, au second rang, Jean-Luc Thérier (3e en partant de la gauche), à côté de Bernard Darniche, Jean-Pierre Nicolas et Jacques Cheinisse. © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo © Renault D.R. / Archives et Collections

La Berlinette 1800 Groupe 4

Les Berlinettes officiellement engagées par l'équipe Alpine sont toutes du type A 110 1800 homologuées pour le Groupe 4 (voitures de Grand Tourisme Spéciales). Pour 1973, le service course a produit 24 exemplaires de ce modèles : 15 châssis utilisés en Championnat du Monde, 6 "mulets" (voiture de rechange) et 3 exemplaires "compétition client". Malgré son moteur 1800, l'Alpine Groupe 4 de 1973 est du type mines "1600 VC". Le bloc type 844, issu de la Renault 16, est préparé par Marc Mignotet qui pousse la cylindrée à 1 798 cm3 (alésage 82,5 mm x course 84 mm), offrant ainsi une puissance de 175 ch à 6 500 tr/mn, ce qui permet de dépasser 250 km/h en vitesse de pointe. Les châssis produits dans l'usine de Thirons-Gardais sont de trois types : caisse ultra légère, légère mixte ou lourde. Extérieurement, la 1800 se distingue par ses ailes élargies et ses gros pneus Michelin Racing.

Six Berlinettes 1800 (dont cinq d'usine) sont classées dans les dix premières voitures à l'arrivée. Ici l'équipage Thérier-Callewaert qui termine 5e.© IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo ©  Renault D.R. / Archives et Collections

Jean-Claude Andruet

Né à Montreuil le 13 avril 1940, Jean-Claude Andruet a commencé à courir en Rallye en 1965 sur Renault 8 Gordini. Il a toujours eu la réputation d’un pilote éclectique et surdoué et de fait, il s’est illustré dans de très nombreuses épreuves internationales en rallye, sur circuit et en courses de côte. Il a été sacré Champion de France des Rallyes en 1968, 1970 et 1972 et Champion d’Europe en 1970 sur Alpine-Renault. Il poursuit ensuite sa carrière sur Fiat, Lancia et Ferrari jusqu’en 1994, souvent associé à sa fidèle navigatrice «Biche». Il a disputé 29 rallyes du Championnat du Monde de 1973 à 1995 et en a remporté 3 : Monte-Carlo 1973 (Alpine), Tour de Corse 1974 (Lancia Stratos HF) et San Remo 1977 (Fiat 131 Abarth). Il compte également 17 victoires en Championnat d’Europe et 28 en Championnat de France. Il a de plus participé 19 fois aux 24 Heures du Mans de 1967 à 1989, son meilleur classement étant 5e en 1972 (Ferrari 365 GTB4) et 1981 (Ferrari 512 BB LM). 

Classement généra

1er : Jean-Claude Andruet - «Biche» (Alpine A 110 1800)

2e : Ove Andersson - Jean Todt (Alpine A 110 1800)

3e : Jean-Pierre Nicolas - Michel Vial (Alpine A 110 1800)

4e : Hannu Mikkola - Jim Porter (Ford Escort RS 1600)

5e : Jean-Luc Thérier - Marcel Callewaert (Alpine A 110 1800)

6e : Jean-François Piot - Jean-Louis Marnat (Alpine A 110 1800)

7e : Raffaele Pinto - Arnaldo Bernacchini (Fiat 124 Abarth Rallye)

8e : Harry Källström - Claes Billstam (Lancia Fulvia 1600 Coupé HF)

9e : Tony Fall - Mike Wood (Datsun 240 Z)

10e : Bernard Darniche - Alain Mahé (Alpine A 110 1800)

Articles récents
PORSCHE 935/78 « Moby Dick »

PORSCHE 935/78 « Moby Dick »

Trois ans d’évolution pour arriver à 850 ch de puissance Lire la suite
La situation  du réseau SNCF  à la Libération

La situation du réseau SNCF à la Libération

Dans une France coupée en deux par la ligne de démarcation, seul le chemin de fer peut circuler sans solution de continuité. Un paradoxe historique et un symbole représentés par le cas de la gare d’Avricourt, entre Paris et Strasbourg, qui retrouve sa situation de gare frontière qu’elle a connue entre 1871 et 1918 ! Lire la suite

Partager ce post

Paiement 100% sécurisé Paiement 100% sécurisé
Emballage sécurisé Emballage sécurisé
Transport sécurisé Transport sécurisé
Abonnement flexible Abonnement flexible