Lancia 037 Rally Stradale

Rédaction : Albert Lallement  

Homologuée pour la route

Parallèlement au lancement de sa nouvelle 037 Rally destinée à courir en Championnat du Monde des Rallyes, Lancia présente une version routière baptisée Stradale afin de valider son homologation en Groupe B.

Lorsque le groupe Fiat rachète la marque Lancia en 1969, la firme de Turin a dans l’idée d’exploiter l’image sportive qui fait partie de l’identité historique de cette filiale fraîchement acquise. Un vaste programme d’investissement est mis sur pied afin de redonner à ce constructeur le prestige dont il bénéficiait autrefois. En intégrant le géant industriel italien Fiat, Lancia n’a désormais plus de contraintes budgétaires pour développer de nouveaux modèles pour la compétition.

Côte à côte, la version routière Stradale et la version compétition Corsa de la Lancia 037 Rally présentent des lignes très proches, toutes deux signées Pininfarina. © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo © Lancia D.R.

Une fois dans le giron de Fiat, des projets extrêmement innovants, tant au niveau du style que de la technologie sont bientôt lancés. À commencer par la Stratos qui va s’imposer sans partage en Championnat du Monde des Rallyes de 1974 à 1975, suivie par la Beta Montecarlo de Groupe 5 qui domine le Championnat du Monde des Voitures de Sports de 1979 à 1981. L’année suivante, Lancia revient en rallye avec un tout nouveau modèle baptisé 037 Rally qui dérive de la Montecarlo d’endurance. Conçue pour le Groupe B qui voit le jour à l’initiative de la FISA cette année-là, la 037 doit réglementairement être construite à au moins 200 exemplaires de série en un an pour obtenir son homologation dans cette catégorie. C’est ainsi qu’est lancée la version grand public appelée Stradale de cette puissante machine de course.

Vue de face, la parenté de la 037 avec son aînée Montecarlo est évidente, avec un remplacement avantageux des phares rectangulaires pour quatre optiques rondes.  © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo © Lancia D.R.

Un modèle charnière

La Lancia Rally 037 constitue un trait d’union entre une période révolue des grandes championnes classiques des années 1960-1970 et le futur des rallyes, initié par le nouveau Groupe B. Ce modèle marque aussi la fin d’une époque : c’est la dernière voiture possédant une architecture de type propulsion deux roues motrices à remporter un Championnat du Monde des Rallyes (1983). Avec la Stratos, Lancia avait remarquablement redoré sa réputation sportive en se taillant un fabuleux palmarès en course, mais elle possédait le défaut de ne pas être disponible pour le grand public. Certaines marques telles que Porsche ou Alpine savaient, en effet, rapprocher leurs voitures de course de celles destinées à leurs clients. Lancia va suivre cette voie en proposant sa bête de course domestiquée pour la route à une clientèle restreinte et fortunée. La Lancia 037 Stradale ne sera en effet produite qu’à 222 exemplaires et son prix de vente sera fixé à 300 000 Francs, soit un tiers plus cher que celui d’une Porsche 911 SC ou une Ferrari 308 GTB de l’époque !

Il est difficile de définir l’inclassable Lancia 037, à la fois machine de course civilisée et GT ultra sportive. © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo © © Lancia D.R.

Châssis de course

La Lancia 037 Stradale dispose du même châssis que la version Rally. Il s’agit d’une cellule centrale en aluminium empruntée à la Beta Montecarlo Turbo d’endurance complétée par un arceau-cage tubulaire intégré. L’ensemble, particulièrement compact, est recouvert d’une carrosserie entièrement démontable en résine époxy renforcée par du kevlar. Seules les deux portières sont réalisées en tôles d’acier afin d’améliorer la rigidité de la structure. Le châssis monocoque est prolongé par deux berceaux supportant les trains roulants et la mécanique. Ces faux châssis tubulaires supportent des suspensions indépendantes à triangles superposés comprenant des combinés ressort-amortisseur à l’avant et des doubles amortisseurs co-axiaux à gaz à l’arrière, tout comme le moteur et la transmission. Le freinage est assuré par des disques ventilés (300 mm de diamètre) commandés par un double circuit hydraulique actionnant des étriers en aluminium à 4 pistons. Les roues sont constituées de jantes en alliage léger Speedline spécifiques de 16 pouces de diamètre, chaussées de pneumatiques Pirelli P7. Deux gros réservoirs de carburant de type aviation de 35 litres chacun assurent une autonomie d’environ 300 kilomètres en conduite sportive.

Le logo d’Abarth est présent un peu partout sur la Stradale, indiquant le fort niveau d’implication du préparateur pour ce modèle. © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo © Lancia D.R.

Deux roues motrices

Le moteur 4 cylindres Tipo 232 AR4 double arbre est une déclinaison de celui conçu par l’ingénieur Lampredi et qui équipait la Fiat 131 quelques années plus tôt. Il a été préparé par Abarth comme en attestent les logos frappés sur les principales pièces qui le composent. D’une cylindrée de  1 995 cm3, il développe 205 ch DIN à 7 000 tr/min avec un couple maxi de 23 mkg à 5 000 tr/min. Le bloc est en fonte tandis que la culasse et le carter sec sont en aluminium. L’alimentation est réalisée par un carburateur double corps Weber associé à un compresseur type Roots. Exploitant le système Volumex développé par Abarth pour les Lancia de compétition, ce compresseur volumétrique, d’une cylindrée de 1 130 cm3, est installé entre le carburateur et la culasse d’admission. Contrairement au turbo qui n’utilise que de l’air, le compresseur envoie un mélange gazeux inflammable dans la chambre de combustion. Il est couplé à une boîte de vitesses manuelle à cinq rapports et un pont autobloquant type ZF. Ainsi équipée, la Lancia 037 Stradale réalise le 1 000 mètres départ arrêté en 28 secondes, avec une accélération de 0 à 100 km/h en 6,3 secondes (données usine).

Sous cet angle, la Lancia 037 offre des lignes à la fois agressives et élégantes. Sur cet exemplaire, le volumineux aileron arrière n’a pas été installé.© IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo © Lancia D.R.

Fiche technique

Lancia 037 Rally Stradale (1982)

• Moteur : Type 232 AR4, 4 cylindres longitudinal central arrière 

• Cylindrée : 1 995 cm3

• Alésage x course : 84 mm x 90 mm

• Puissance : 205 ch à 7 000 t/mn

• Alimentation : carburateur double corps Weber 40 DC NVH 15/250 + compresseur Abarth

• Allumage : électronique Magneti Marelli AEI 200 A

• Distribution : 2 arbres à cames en tête, 4 soupapes en V par cylindre

• Transmission : aux roues arrière, 5 rapports + M.A.

• Pneumatiques : Pirelli P7 Corsa 205/55 VR 16 (avant), 225/50 VR 16 (arrière)

• Freins : disques ventilés (avant et arrière)

• Longueur : 391,5 cm

• Largeur : 185 cm

• Hauteur : 124,5 cm

• Empattement : 244 cm

• Voie avant : 150,8 cm

• Voie arrière : 149 cm

• Poids (à vide) : 1 170 kg

• Vitesse maximale : 215 km/h

Le père de la Lancia 037

Sergio Limone  est l’ingénieur qui a supervisé la conception de la Lancia Rally sous l’autorité de Cesare Fiorio, le Directeur sportif de Lancia. Né en 1948, Limone est diplômé en ingénierie mécanique de l’École Polytechnique de Turin avant d’entrer chez Abarth en 1972. Ce préparateur fait partie de Fiat, ce qui lui permet de travailler sur de nombreux projets du Groupe italien comme la Fiat 131 de rallye. Après la Lancia 037, Sergio Limone se penchera avec succès sur d’autres Lancia qui s’illustreront en Championnat du Monde des Rallyes comme la Delta S4 (1985) et la Delta HF Integrale (1987). Il développera ensuite l’Alfa Romeo 156 GTA engagée en Championnat d’Europe de Voitures de Tourisme à partir de 1998.

Articles récents
PORSCHE 935/78 « Moby Dick »

PORSCHE 935/78 « Moby Dick »

Trois ans d’évolution pour arriver à 850 ch de puissance Lire la suite
La situation  du réseau SNCF  à la Libération

La situation du réseau SNCF à la Libération

Dans une France coupée en deux par la ligne de démarcation, seul le chemin de fer peut circuler sans solution de continuité. Un paradoxe historique et un symbole représentés par le cas de la gare d’Avricourt, entre Paris et Strasbourg, qui retrouve sa situation de gare frontière qu’elle a connue entre 1871 et 1918 ! Lire la suite

Partager ce post

Paiement 100% sécurisé Paiement 100% sécurisé
Emballage sécurisé Emballage sécurisé
Transport sécurisé Transport sécurisé
Abonnement flexible Abonnement flexible