Zagato

Rédaction : Albert Lallement  

Une élégance discrète

Fondée il y a plus d’un siècle, la Carrozzeria Zagato est une entreprise moins connue que les ténors italiens que sont Pininfarina ou Bertone, mais qui s’est toujours distinguée par ses créations très originales.

Ce carrossier milanais s’est souvent limité à des productions en petite série qui le rendront moins visible du grand public, mais ses modèles réalisés pour les plus grands constructeurs sont toutefois marqués par une forte personnalité. Une carrosserie signée Zagato se remarque en effet immédiatement par ses lignes élégantes et la grande qualité de sa construction. Son image artisanale haut de gamme a traversé le temps et fait aujourd’hui encore la réputation de cette maison singulière.

La Lancia Appia GTZ, ici le prototype “Cammello” de 1956, présente les caractéristiques des carrosseries Zagato de l’époque : double bossage du toit et vastes surfaces vitrées. © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo © Lancia D.R.

Dès ses débuts en 1919, la Carrozzeria Zagato s’affirme par un style bien à part, influencé par le parcours initial dans la construction aéronautique de son fondateur, Ugo Zagato. Ses premières réalisations se font ainsi remarquer par leur structure légère et aérodynamique qui sera très vite appréciée pour la compétition par des marques telles qu’Alfa Romeo. Bientôt, les voitures marquées du Z caractéristique sur leur carrosserie seront reconnues pour leur caractère sportif et exclusif. 

La construction des carrosseries Zagato est longtemps restée artisanale et limitée en nombre. Ici une Maserati A6G 2000 de 1956. © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo © Lancia D.R.

Inspiré par l’aviation

Lorsqu’il fonde la Carrozzeria Ugo Zagato & Co à Milan en mars 1919, Ugo Zagato possède déjà un bagage professionnel solide dans le domaine de la mécanique industrielle. Âgé d’à peine 30 ans, il a en effet travaillé pendant quatre ans dans une usine métallurgique en Allemagne, puis a rejoint une importante usine d’aéronautique appartenant au Groupe Ansaldo, la Fabbrica Aeroplani Ing. Ottorino Pomilio, à Turin, pendant la Première Guerre mondiale. Cette expérience dans la construction d’avions va être déterminante pour son parcours à venir, à l’instar de Gabriel Voisin en France à la même époque. En effet, il va adapter les techniques de fabrication de l’aviation à l’automobile et, de fait, dès ses premières réalisations, Ugo Zagato s’attache à obtenir une construction légère, un centre de gravité bas et une faible résistance à l’air. Zagato a la chance d’être un autodidacte qui a su s’affranchir des techniques traditionnelles de construction héritées des véhicules hippomobiles et adoptées par la plupart des constructeurs de l’époque. La structure des carrosseries de chez Zagato n’est pas en bois comme c’est généralement le cas, mais dispose d’une ossature en profilés d’acier revêtue d’éléments en alliage d’aluminium assemblés par rivetage comme sur les fuselages d’avions.

En 1948, Zagato collabore pour la première fois avec Ferrari sur un coupé 166 MM appartenant à Antonio Stagnoli, un pilote d’usine de la Scuderia.  © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo © © Lancia D.R.

L’entre-deux guerres avec Alfa

Cette démarche technique va intéresser plusieurs constructeurs engagés en compétition tels qu’Alfa Romeo qui lui confie sa monoplace G1 Corsa de Grand Prix en 1921. C’est le début d’un partenariat sportif étroit et fructueux qui se poursuit avec la RLSS de 1923, puis par le modèle 6C 1500 Super Sport Zagato avec lequel Giuseppe Campari et Giulio Ramponi remportent les Mille Miglia de 1928. Le même équipage s’y impose à nouveau en 1929 avec une version 6C 1750 SS, tandis que la 6C 1750 GS Spider remporte une troisième victoire en 1930, pilotée par Tazio Nuvolari et Giovanni Battista Guidotti. Par la suite, l’Alfa Romeo 8C 2300 carrossée par Zagato s’impose aux 24 Heures du Mans de 1932 à 1936 ainsi qu’à la Targa Florio de 1931 à 1933. À cette époque, le nom «Zagato» devient synonyme de construction automobile sportive et l’artisan milanais se retrouve bientôt en position de carrossier officiel d’Alfa Romeo. Durant cette période faste, Zagato habille également ponctuellement des châssis pour Bugatti (type 43 Spider de 1927) ou Fiat (509 S de 1927), tout en offrant ses services à des équipes de course, dont la Scuderia Ferrari qui, depuis 1929, est le bras armé d’Alfa Romeo en compétition. À la fin des années 1930, Alfa Romeo choisit de faire évoluer sa gamme vers des modèles plus luxueux que sportifs et Zagato est progressivement écarté au profit de Touring.

Et de fait, ni le nom de Ferrari, ni l’emblématique «Cavallino Rampante» n’apparaissent sur la carrosserie de la Thema 8.32. Initialement, il est envisagé d’utiliser le V8 Ferrari 3,2 Litres de la dernière Ferrari 328, mais avec 270 ch, ce dernier s’avère inadapté pour la Thema et sa traction avant. Le moteur retenu est finalement celui de l’ancienne 308 Quattrovalvole qui a été «dégonflé» et modifié par Lancia pour lui donner plus de couple et le rendre moins brutal, ce qui convient mieux à une vénérable et lourde berline routière qu’au coupé agile et léger dont elle provient. Le moteur V8 Ferrari est associé à la boîte de vitesses de la Thema Turbo IE qui a été remaniée pour pouvoir supporter le régime maxi au-delà de 7 000 tr/mn.

À partir des années 1950, de nombreux constructeurs confient à Zagato les carrosseries spéciales et sportives de leur gamme qui se distinguent par le fameux Z sur leur carrosserie.  © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo © Lancia D.R.

Deux décades fabuleuses

En août 1943, l’usine de Zagato est détruite par les bombardements et l’activité du carrossier est transférée temporairement chez Isotta-Fraschini. En 1946, une nouvelle usine est construite Via Giorgini, près de l’usine Alfa Romeo de Portello au cœur de Milan. À cette époque, les deux fils d’Ugo Zagato rejoignent l’entreprise. Elio l’aîné (1921-2009) est un pilote confirmé et son cadet Gianni (1929-2020) est ingénieur. Tous deux sauront prolonger l’esprit d’innovation de leur père bien après le décès de celui-ci en 1968. La collaboration de Zagato avec Lancia ne débute réellement qu’après la guerre et s’affirme avec la fameuse carrosserie Panoramica imaginée avec Vieri Rapi, le styliste en chef maison. Les accords entre les deux entreprises sont si forts que le constructeur inclura régulièrement les modèles carrossés par l’artisan milanais dans son catalogue et ces derniers seront exposés sur le stand officiel de la marque lors des salons internationaux. Zagato s’intéresse également aux marques anglaises pour qui il réalise des carrosseries remarquables telle la célèbre Aston Martin DB4 GTZ, qui est considérée comme l’un de ses plus grands chefs-d’œuvre avec la Maserati A6G 54. Dans les années 1970, la crise pétrolière oblige Zagato à se diversifier, avec succès, dans le design de produits industriels où la firme est aujourd’hui encore un acteur reconnu. En 2019, Andrea Zagato, le fils d’Elio a pris la direction de l’entreprise familiale.La série 2 présentée en 1989 voit la puissance du moteur descendre à 205 ch avec le montage d’un catalyseur permettant de répondre aux nouvelles normes anti-pollution. Par ailleurs une inédite suspension dotée d’amortisseurs à commande électronique Boge améliore le confort de conduite et la tenue de route de cette berline.

Au Salon de Genève de 1983, Zagato Industrial Design présente le prototype Alfa Romeo Zeta 6, ici devant le siège du carrossier à Terrazzano di Rho, près de Milan. © IXO Collections SAS - Tous droits réservés. Crédits photo © Lancia D.R.

Les principales Lancia carrossées par Zagato

• 1929 : Lancia Lambda 221 Mille Miglia Spider

• 1938 : Lancia Aprilia Sport Aerodinamica

• 1949 : Lancia Ardea Panoramica

• 1955 : Lancia Aurelia B20 Zagato

• 1957 : Lancia Appia GTE/GTS

• 1958 : Lancia Flaminia Sport

• 1961 : Lancia Appia Sport

• 1962 : Lancia Flavia Sport

• 1962 : Lancia Flaminia Tubolare 

• 1966 : Lancia Fulvia Sport

• 1967 : Lancia Fulvia Super Sport

• 1974 : Lancia Beta Spider

• 1992 : Lancia Hyena

• 2003 : Lancia Fulvia Sport Concept

• 2005 : Lancia Ypsilon Sport Zagato

Une collaboration exemplaire

Au cours des plus de 100 ans d’activité de la Carrozzeria Zagato, son partenariat avec Lancia représente une époque faste inscrite sous le signe de la sportivité. Les années 1950 et 1960 constituent en effet un véritable âge d’or pour les deux entreprises qui collaborent étroitement, au point que, de 1955 à 1966, Zagato a réalisé des carrosseries spéciales pour l’ensemble du catalogue Lancia. Durant cette période, la firme va ainsi transformer les modèles les plus modestes et ceux du haut de la gamme en voitures de sport et même de course pour certaines d’entre elles. Et de fait, les versions Zagato seront la plupart du temps les plus performantes parmi les dérivés sportifs de Lancia. Ces versions recevront des solutions techniques et aérodynamiques inédites et audacieuses. Elles se distingueront extérieurement par le fameux double bossage sur leur toit qui permettait d’accueillir plus facilement les pilotes équipés de casques en compétition.

Articles récents
PORSCHE 935/78 « Moby Dick »

PORSCHE 935/78 « Moby Dick »

Trois ans d’évolution pour arriver à 850 ch de puissance Lire la suite
La situation  du réseau SNCF  à la Libération

La situation du réseau SNCF à la Libération

Dans une France coupée en deux par la ligne de démarcation, seul le chemin de fer peut circuler sans solution de continuité. Un paradoxe historique et un symbole représentés par le cas de la gare d’Avricourt, entre Paris et Strasbourg, qui retrouve sa situation de gare frontière qu’elle a connue entre 1871 et 1918 ! Lire la suite

Partager ce post

Paiement 100% sécurisé Paiement 100% sécurisé
Emballage sécurisé Emballage sécurisé
Transport sécurisé Transport sécurisé
Abonnement flexible Abonnement flexible